Comité Départemental des Jeux de
                                        Sarbacane de la Loire
.


tirs

LE TIR A LA FRANCHISE ou TIR AU PAPIER :
(1)

La cible, collée au centre de la tourte consiste en six cercles concentriques numérotés de 1 à 6. Le 6 étant bien évidement le centre et mesurant 7 mm de diamètre. Le 1 correspond au plus grand cercle et son diamètre est de 40 mm.
Le tireur effectue 8 volées de deux traits pour totaliser un maximum de points. Le maximum possible est donc de 96.
Par équipe, on additionne les trois meilleurs scores de chaque association. La distance de tir est de 8,15 mètres, la hauteur du centre de la cible est de 1,33 mètre.

franchise ou papier1




franchise ou papier2
Photo de Bernard VITAL

LE TIR AU BUT : (2)

La cible au centre de la tourte est un petit disque en bois de seulement 12 mm de diamètre. En son centre, dépasse une fine pointe: le « piquillon ». Seules les flèches plantées à l’intérieur de cette rondelle sont comptées bonnes et donnent lieu a une mesure, par le «  Super », à l’aide de «l’échantil ».
Le tireur effectue 8 volees de deux traits pour tenter de s’approcher le plus prés possible du piquillon. Le meilleur coup consiste à venir poser son trait contre celui-ci, et réaliser un coup de but «  sans jour » de valeur zéro. Les autres coups valables prennent la valeur indiquée par l’échantille.
Seul le meilleur coup de chacun est pris en compte. Les buts supplémentaires ne servant que pour un éventuel départage. Il existe un deuxième coup de but de valeur zéro ; lorsque le trait ne touche pas parfaitement le « piquillon », mais que l’espace est trop faible pour permettre une mesure. On annonce alors un but « a jour ». Un but « sans jour » bat un but « a jour ».
Par équipe, on additionne les trois meilleurs coups de chaque association (trois Chevaliers différents). L’équipe victorieuse est celle qui réalise bien entendu le plus petit total.
La distance de tir est de 8,15 mètres, la hauteur du centre de la cible est de 1,33 mètre.
Ces deux types de jeux voient s’affronter toutes les équipes dans un même lieu.

tir au but
Photo de Bernard VITAL

LE TIR AU PAPEGAI : (3)

Ne se fait qu’entre membres de la même association. Obligatoire pour chaque Chevalier, une fois par an, en Mai ou Juin. Aujourd’hui, la tradition s'est un peu perdue. Concours très protocolaire, les tirs s’effectuant par ordre hiérarchique. La cible représente un oiseau fait de quatre pièces de bois léger, assemblées par collage : la tète, les deux ailles, le corps.
Il mesure 4 cm de long. Il est fixé sur un mat à 8,15 mètres de hauteur, et l’on dispose un treillis métallique derrière lui pour arrêter les traits et éviter les accidents. Seul celui qui abat le corps de l‘oiseau est vainqueur. Il arrive fréquemment que l’on tombe les ailles ou la tète, mais cela ne compte que comme accessit. Le vainqueur prend pour un an, le titre de « GRAND CHEVALIER » . En cas de victoire trois années consécutives, le Grand Chevalier devient « EMPEREUR ».Ce titre donne le droit a l‘heureux détenteur, de pouvoir tirer le Papegai dans n’importe qu'elle association. Apres le tir au papegai on organise une « cible d’honneur» entre deux équipes formées par le Grand Chevalier et le président. Il s’agit d’un tir cible à la Franchise.



LE TIR DES TROIS OISEAUX :

Facultatif pour les Chevaliers, se déroulait quelque temps après le tir au Papegai et suivant des règles assez semblables. Au sommet du mat, on plaçait trois oiseaux espaces d’environ 10 cm. Très longtemps oublie, le Tir des Trois Oiseaux a été remis en activité par le Comite Départemental en 1995.
 
 



Créer un site
Créer un site